Make your own free website on Tripod.com

mytunisie2004.jpg


Nouvelle page 1

Les accessoires de la dictature       

Une dictature ne se dévoile jamais, elle n’agit qu’en face cachée Pour pouvoir continuer à exister. Jamais la violence brute n’est plus  instaurée en mode de gouvernement pour diriger des sociétés. Les contraintes et la force d’oppression qu’exercent certains gouvernements aujourd’hui sur leurs sociétés sont toujours justifiées par des considérations supérieures dans l’intérêt du pays, minimisés et proposés comme limités dans le temps. Nous savons et l’histoire conjuguée à notre propre expérience nous apprend qu’une dictature quand elle s’empare d’un pays ne lâche jamais. La raison de cet essai et de chercher à comprendre les secrets qui permettent au totalitarisme de se maintenir aussi longtemps et comment le dépasser.

Les mécanismes des dictatures et leurs outils de fonctionnement sont des thèmes courants de débats et d’explications depuis longtemps dévoilés et largement diffusés dont le texte ne gagne rien à être chargé. Il serait aussi utile d’évacuer les considérations morales sur un tel système dans une démarche de réflexion qui n’a pas pour objet d’attiser les passions par la dénonciation mais d’évaluer un état concret d’équilibre des forces dans une société déterminée comme La Tunisie aujourd’hui.

De la violence

Tant que l’Etat de droit ne s’est pas définitivement installée, que la loi n’a pas gagnée totalement sa pérennité et que la société n’a pas évoluée pour donner à un tel système les institutions capables de lui permettre la possibilité de s’instaurer la politique sera réduite à la gestion par la violence de la société pour arbitrer les intérêts contradictoires qui la traversaient au profit de ceux qui dominaient. Les discours et les idéologies ne sont que les supports de justification de l’exercice de la violence contre la société que donne le privilège de détenir le pouvoir pour l’exploiter.

La violence peut s’exprimer différemment selon la nature de la situation. Dans une situation de contestation la violence ne s’exerce plus de la même façon que face à une société pacifiée. L’illusion qu’une dictature peut céder par altruisme ou par concession aux véritables intérêts de la société est un contre sens qui dépasse l’entendement de la logique de cet essai. Les situations concrètes connues prouvent par contre que le totalitarisme peut être dépassé. La violence constitue elle une alternative d’émancipation et de dépassement d’une situation de domination ?

Les plus grandes dictatures qui ont succombés au cours du siècle dernier nous enseignent que l’opposition par la violence n’été pas l’élément déterminant dans leur écroulement. Du Portugal à l’Espagne, de la Pologne à la Russie jusqu’en Roumanie pour ne cité que ces exemples d’école les dictatures se sont révélés des systèmes fragiles qui ont demandés plus de conscience et de détermination que de force et de violence pour être démontés. Les pays qui ont connues de véritables révolution contre les dictatures qu’ils ont subies n’ont pas mieux réussi à les dépasser l’exemple Iranien, Yougoslave et Algérien entre autres plus proches et plus récents dans certains pays Africains corroborent l’idée qu’on ne peut pas passer à la rationalité dans la gestion des sociétés par l’agitation et l’exacerbation des passions.

L’auto transformation

La thèse complètement opposée veut nous convaincre que la dictature peut s’auto transformer et évoluer de façon autonome vers une démocratie et un état de droit digne de ce nom.  « Théorie des petits pas ou démocratie par goutte à goutte » Les vertus de cette voie sont défendues par une large frange de l’élite dite modérée qui s’agite autour du pouvoir aujourd’hui plus paniqué que lui de la crise qu’il traversait. Une certaine gauche convertie aux vertus du « Bourguibisme » se fait la porte parole de cette logique de régression. Elle vise à dépouiller le pouvoir actuel de cet héritage et la légitimité historique qui s’en suivait. Certain islamistes aussi pensent qu’une dictature affaiblie doit être ménagé et peut être plus facile à manœuvrer pour lui imposer des concessions. A l’étranger certaines puissances des plus influentes et les plus attachés par des rapport d’intérêts avec notre pays agitent publiquement leurs intentions de faire usage de tous leurs pressions pour amener « une dictature amie » à procéder à des réformes nécessaires à l’instauration de la démocratie dans le pays.

Ceux qui veulent croire en cette solution, par calcul ou par lâcheté devant le devoir de mener une confrontation de dignité ou par économie de s’investir sans contrepartie pour leur pays, comme ceux qui par opportunité partant de la conviction que cette voie les propulse aux premiers plans qu’il n’auront jamais atteint autrement pour contribuer à cette auto transformation n’apportent rien en cherchant à se proclamer opposants.

Ceux qui ont misés sur les bonnes intentions des dictateurs en crise de gestion ne sont pas à leur premier échec prés. Comme ceux qui se sont engagés à hypothéquer le destin de tout un pays sur la confiance aveugle en de simples déclarations sont aujourd’hui au constat du désastre du bilan que ça nous a ramené. Cette solution n’a jamais réussi sauf à soumettre le pays à la tutelle de étranger ce qui revient à un régime de protectorat dont notre pays conserve l’amère expérience passée et ne nous cache plus la façon détournée avec laquelle elle continue de s’exercer.

Le faux débat

Le pire qui peut arriver à une dictature est d’être remise en question publiquement comme un régime d’oppression qui demande à être évacuer pour libérer toute une société. Ce débat est le révélateur de sa véritable nature qu’elle ne peut jamais supporter. Elle cherche à tout prix à l’occulter, à le marginaliser, à le faire taire et à le faire oublier. La dictature a besoin de faux débats, de détourner le centre d’intérêt de la société de toute rationalité en l’engageant dans des discussions passionnées sur l’identité, la religion et le patriotisme face aux menaces de l’étranger et la défense de la société face au terrorisme qui menace la paix. Ces palliatifs de perdition exacerbe les différends et joue le rôle d’écran de fumée devant toute possibilité de prise de conscience de chaque individu de sa citoyenneté. La dictature reprend ainsi le dessus sur la société désunie dont elle reprend sa représentation comme le seul élément fédérateur et trait d’union se ses différentes composantes en contradiction. La dictature tire ainsi sa légitimité et justifie son système d’oppression et justifie sa domination par le rôle de tutelle sur le pays « en voie de développement » auquel elle cherche à s’élever pour s’affranchir de toute responsabilité ou devoir de rendre compte de sa gestion à la société.

Cette quête d’imposer des préalables à toute définition de la citoyenneté exclue de facto  toute diversité et empêche la véritable expression libre de l’individu et s’oppose à l’exercice effectif souverain de ses droits dont le premier desquels est la possibilité de choisir les responsable de son pays et de les tenir dans les limites de leurs responsabilités. Les dénigrements croisés font de l’individu un être de carence, suspect dans son identité, dans sa religion, dans son patriotisme, dans sa capacité d’assimiler la modernité et dans son droit d’être reconnu indépendant dans sa conscience et ses convictions. C’est d’un individu sous tutelle ou dominé que la dictature à besoin et c’est ainsi qu’elle parvient à façonner toute une société. La démocratie qu’une dictature peut tolérer ne peut dépasser ce niveau de fractures qui font qu’elle restera toujours le seul arbitre à bord.

La défaite de l’homme est le générateur de survie de tout système d’oppression et de cette défaite la dictature vie et continuera à vivre pour longtemps. La dictature corrompt intellectuellement l’homme contraint de s’insérer dans ses catégories et il n’a que l’embarra du choix sauf un qui n’existe pas et ne devra jamais exister celui des hommes libres qui ne pourra jamais être toléré. Avant les homme de cette espèce ont les fait exécuter et lyncher publiquement.

Le seul débat qui peut s’instaurer et accommoder une dictature est ainsi un débat de démagogie et des lutte de passions exacerbe autour de la religion de la race et de l’identité produisant un discours oratoire d’excitation ou les plus bêtes et insignifiant sont les plus criant et trouve le plus grand espace pour propager leurs folies pour contribuer à dérouter et finir par désabuser la société pour la conduire à l’abandon complet.

L’abandon

Chaque système a son propre champ de valeurs son éthique et sa morale appropriée. La dictature est un système qui ne manque pas d’avoir le sien. Les mécanismes de l’intelligence humaine ne manque pas de moyens pour permettre à chaque individu de le deviner. Il va de sa survie de s’adapter de décoder le message que la dictature lui transmet, et son message est clair et direct pour ceux qui ne l’entendent pas. Elle veut le dominer. On n’a pas à s’étaler sur le genre des réactions que l’individu est amener à présenter. La dictature ne lui laisse guère la choix entre l’abdication ou l’abandon. Vendre l’âme et négocier ses intérêts sur le compte de sa dignité ou choisir la démission, la marginalisation dans le dégoût et la médiocrité. Dans les deux cas l’homme sort perdant, dépendant ou impuissant la notion de liberté ne peut plus être pour lui qu’une fiction.

Le choix de l’abandon n’est jamais une expression de liberté. Dans une dictature la lutte pour être repêché au service de l’autorité et devenir parmi ses protégés n’est pas une opportunité dont tout le monde peut avoir l’occasion. Un système de minorité ou les place sont limités et âprement disputés la société n’est qu’un vaste dépotoir de déchets humain volontairement abandonné. Pour la majorité vivre cette situation est une humiliation de plus et la preuve de leur inutilité. La dictature ne manquera jamais de candidats au recrutement ; penser autrement c’est prendre ses rêves pour des réalités.

L’aliénation est la notion clef pour comprendre tout le système qu’on cherche à dépasser seuls ceux qui ont dépassés ce stade de mutilation intellectuelle et morale peuvent contribuer à l’ébauche d’une autre alternative à ce blocage de leurs société.

Retour à la théorie de l’émancipation

Au milieu du siècle dernier la Tunisie a vu la parution presque simultanée de deux œuvres majeurs qui sont venues apporter une véritable théorie de la décolonisation Frantz Fanon avec ses « damnés de la terre » et Albert Memmi avec son « portrait de colonisé » ont donnés un coup fatal au système colonial dont il ne va plus se relever. La guerre d’Algérie est venu immédiatement après confirmer la vois sans issu dans laquelle le colonialisme vient d’être réduit. Ainsi d’immenses parties du monde colonisé ont pu recouvrir leur indépendance dans la précipitation au bout de quelques années. Mais l’émancipation totale de ces peuples opprimés que les deux auteurs ont prédit ne s’est pas concrétisée dans les faits. La domination extérieure n’a fait que céder la relève à une domination intérieure aussi cynique et aussi arbitraire que la première dont elle n’a jamais coupé le cordant ombilical par lequel elles sont restés attachées. Protectrices et nourricières des dictatures imposées les anciennes métropoles sont aujourd’hui face à un dilemme particulier.

L’esclave ne devient pas libre du simple fait d’avoir été affranchi. La liberté est un statut auquel ne peuvent accéder que ceux qui ont réussi à s’élever de leur aliénation initiale accédant à un statut de conscience supérieure si non ils ne sont que des esclaves libérés. Selon la formule de Hegel « La conscience de soi et pour soi, quand et parce qu’elle est en soi et pour soi pour une autre conscience de soi ; c’est à dire qu’elle n’est qu’en tant qu’être reconnue. »

Tant que l’homme n’a pas entrepris de se libérer lui-même il ne fait que continuer d’imiter son maître ; tant que subsiste la fixation au maître il ne peut se tourner vers le monde en être libre. Fanon disait : «  le noir est un esclave à qui on a permis d’adopter une attitude du maître …» (198) A. Memmi transposait cette idée sur son portrait du colonisé dans sa lecture du contexte colonial dans son introduction de 1966 il conclut qu’il suffisait de décrire avec précision le fait colonial pour mettre en évidence l’inquiété absolue de la colonisation et, du coup, en dévoiler l’instabilité fondamentale et en prédire la fin. C’est Jean Paul Sartre qui résuma le mécanisme de déchéance de tout système d’oppression et qui les conduise inexorablement vers l’auto décomposition en se posant la question : comment peut elle fonder ses privilégiés, cette élite d’usurpateurs conscients de leurs médiocrité ? Un seul moyen : abaisser le colonisé pour se grandir, refuser la qualité d’homme aux indigènes, les définir comme de simples privations. L’oppression se justifier par elle-même : les oppresseurs produisent et maintiennent  de force les maux qui rendent à leurs yeux l’opprimé de plus en plus semblable à ce qu’il faudrait qu’il fut pour mériter son sort.

Je ne pense pas que la théorie de l’aliénation s’applique à un système de domination plus tôt qu’à un autre qu’il s’agit d’esclavagisme de colonisation ou de despotisme comme celui qu’on est entrain de subir en Tunisie. Les schémas sont semblables, le rapport domination/oppression réduit ses deux pôles en des êtres de carence piégés dans une situation de blocage dont l’essence même est né de la germe de sa fin qui ne peut être qu’une confrontation totale et générale seul  apte à libérer les deux parties des carences dont ils se sont réduit. Pour passer du statut du genre humain à l’homme reconnu dans sa spécificité nous ne pouvons faire l’économie de notre Combat à mener et qui mène vers la liberté.

Les accessoires de la dictature

Le besoin de définir une ligne de démarcation de la dictature est primordial et indispensable à tout mouvement qui lutte pour la démocratie et œuvre pour une véritable émancipation du pays. Il y a une différence de logique entre ceux qui luttent pour prendre le pouvoir et ceux qui cherche à changer le système totalitaire. Les premier ont besoin du pouvoir pour changer la société et les second ont besoin de changer le système pour la laisser la société s’autodéterminer. Les premiers négocies avec la dictature leurs propres statuts et les marges d’activités qu’elle veut leurs tolérer et les derniers lui nient toute légitimité et ne lui laisse à négocier que son départ. Les premiers s’adresse à l’autorité et cherche à se conformer à ses critères et les derniers s’adressent à la société et ne se déterminent que par apport à ses intérêts.

Ainsi nous avons besoin de prendre conscience de la nature de notre situation, des contours des véritables forces en opposition et des véritables enjeux de la question démocratique dans notre pays. Le système totalitaire est plus large que les forces représentées au pouvoir. Il comprend aussi tout ceux qui considèrent leur intégration ou la reconnaissance de leurs partis et de leurs associations suffisantes à transformer une dictature en démocratie.

« Une si douce dictature » sophistiquée du début du troisième millénaire ne peut survivre aussi longtemps si elle n’été un système hautement élaboré pour affronter tous les défis de la modernité. Il serait naïf d’oublier l’énormité, l’importance et la nature des intérêts que ce système a été bâti pour les garder et les protéger de toute revendication égalitaire. Comme il est illusoire d’espérer une justice d’un système bâti sur l’arbitraire. La transparence et l’indépendance des institutions et la séparation des pouvoirs ne peuvent pas aussi être attendu d’un système basé sur la falsification des élections et le refus de toute véritable souveraineté populaire. Ce n’est qu’en se déterminant clairement par apport aux véritables besoins démocratique de notre pays qu’on peut déterminer la bonne politique qui peut conduire à son émancipation.

Pour pouvoir dépasser un système totalitaire séculaire ceux qui veulent assumer cette responsabilité ont besoin de se libérer des fixations par lesquels ils sont toujours tenus dominés. Un système d’oppression ne donne jamais de concessions que pour conforter sa position. Ces misérables concessions qui peuvent flatter notre ego de militant ne sont jamais à la mesure de nos ambitions comme ils l’aident à soigner son image et à tromper sur sa réalité. Alors que nous risquons à tout moment à être réduit à des impuissants accessoires de la dictature.

Yahyaoui Mokhtar    -    Tunis : 17 04 2004